Menacé par les Russes, Elon Musk craint pour sa vie

L’implication du milliardaire dans le conf•lit en Ukraine ne semble pas plaire au gouvernement russe. Sur Twitter, Elon Musk a partagé des menaces à son encontre proférées par le directeur de l’agence spatiale Rocosmos. 

Des menaces à peines voilées de la part des Russes

« Si je meurs dans de mystérieuses circonstances, ç’aura été un plaisir de vous connaître. » a tweeté Elon Musk ce lundi 9 mai. Sa déclaration fait suite à un post qu’il affirme être une déclaration de Dmitry Olegovich Rogozin qu’il aurait « envoyé aux médias russes ». Rogozin, directeur de l’agence spatiale russe Rocosmos y reproche à Musk son implication dans le conf•lit avec l’Ukraine. Le milliardaire a en effet mobilisé son entreprise Space X pour permettre un accès à internet malgré les circonstances. Grâce aux 2000 satellites en orbites de son réseau Starlink et aux kits envoyés sur place, les Ukrainiens maintiennent leurs connexions même dans les régions les plus reculées. Le dispositif permet d’assurer les communications dans le pays mais aussi le contact international. 

À lire aussi : La veste de Volodymyr Zelensky vendue aux enchères pour 105 000 euros

Or, le directeur de Rocosmos accuse le nouveau propriétaire de Twitter d’avoir livré « aux miliciens du Bataillon Na•zi d’Azov ». Il appuie son propos sur le témoignage du colonel Dmitry Kormyankov, commandant de la 36ème brigade des Forces Ar•mées Ukrainiennes capturé par les forces russes. Le communiqué de Rogozin, relayé dans sa version russe et dans sa traduction anglaise, conclu que le milliardaire « est impliqué dans l’approvisionnement des forces fascistes en Ukraine« . Il précise de ce fait qu’il « répondra de ses actes comme un adulte ». Ce à quoi Musk a répondu que « le mot ‘na•zi’ n’a pas le sens que [Rogozin] semble lui prêter ». Mais sa plaisanterie sur les menaces russes ne semble pas avoir été du goût de sa mère. 

À lire aussi : Facebook accusé d’avoir bloqué du contenu gouvernemental pour faire pression sur le Parlement australien

À lire aussi

La Russie simule des tirs de missiles à capacité nucléaire

La Russie simule des tirs de missiles à capacité nucléaire

Aussi sur Mediavenir

Le marché des bunkers en nette évolution depuis la guerre en Ukraine

Le marché des bunkers en nette expansion avec la guerre en Ukraine

Musk et Gorozin, en querelle depuis le début de l’offensive russe

En réponse à sa déclaration, Maye Musk a commenté « Ce n’est pas drôle » avec en réponse « Désolé ! Je vais faire de mon mieux pour rester en vie ». Ce type d’échange invraisemblable n’est certainement pas le premier entre Musk et Rogozin. Les deux propriétaire d’agences spatiales ont en effet fréquemment des altercations par tweets interposés depuis le début du conf•lit. Si le directeur de Rocosmos avait auparavant exprimé une certaine « admiration » pour le milliardaire américain, celle-ci s’est vite changée en hostilité avec l’invasion russe. À coups de « mauviette » et de « petit diable », Dmitry Olegovich Rogozin en était venu à qualifier les fusée de Space X de « balais américains ». 

À lire aussi : La Russie simule des tirs de missiles à capacité nucléaire

Et de fait, ces moqueries quant aux performances de l’agence spatiale privée d’Elon Musk ne sont pas anodines. Alors que des tensions se forment entre Rocosmos et l’Agence Spatiale Internationale (ISS), Elon Musk semble avoir l’intention de remplacer l’agence russe dans cette collaboration. Rocosmos a menacé l’ISS à plusieurs reprises sur la détérioration de leur partenariat à cause des sanctions internationales. Cela ouvre une fenêtre de négociations pour Elon Musk, en discussions avec l’ISS depuis plusieurs mois pour donner la place à Space X. 

Un soldat russe jugé pour crime de guerre : « Il m’a dit d’un ton ferme de tirer »