Affaire Mckinsey : le gouvernement organise une conférence de presse

Les ministres Amélie de Montchalin et Olivier Dussopt se sont exprimé sur les rapports de l’État au cabinet de conseil Mckinsey. 

L’État se dit « transparent » dans son recours aux cabinets de conseil

« Nous n’avons rien à cacher » a déclaré ce soir la ministre Amélie de Montchalin lors d’une conférence de presse. La déléguée à la Transformation et à la Fonction publique s’est exprimée en réponse au scandale de l’affaire Mckinsey. Elle a assuré, avec Olivier Dussopt (Finances) que le recours du gouvernement au cabinet de conseil a été parfaitement « transparent ». 

Le 17 mars 2022, un rapport de la commission d’enquête sénatoriale a accusé le cabinet d’optimisation fiscale. Elle a déclaré que « Mckinsey n’a pas payé impôt sur les sociétés en France depuis au moins 10 ans. » Le scandale a éclaté en pleine campagne présidentielle alors qu’il est de notoriété publique que le gouvernement a sollicité le cabinet de conseil à plusieurs reprises. Il a notamment été accusé par certains candidats d’avoir favorisé les décisions d’un groupe privé pour la gestion d’affaires publiques.

Aussi sur Mediavenir

Où en est l’affaire McKinsey ?

Où en est l’affaire McKinsey ?

Des accusations qui n’auraient pas lieu d’être

Les ministres ont fortement nié ces accusations, qualifiées par Amélie de Montchalin d’« attaques (…) fortes et (…) grossières ». Selon elle, si le gouvernement « assume pleinement » ce recours au cabinet de conseil, l’idée de déléguer la prise de décisions pour des affaires publiques relève du « fantasme ». Le délégué aux Finances a également affirmé que les prestations du cabinet Mckinsey pour l’État ne représentaient que 2% des dépenses totales en conseil. Il n’existerait donc aucune forme de « dépendance économique » entre l’État et Mckinsey. 

À lire aussi

Le gouvernement va lancer une application d’identité numérique

Le gouvernement va lancer une application d’identité numérique

Compte tenu de l’enquête en cours, le gouvernement n’a pas désiré commenter la situation judiciaire du cabinet de conseil. Les ministres ont cependant assuré un objectif de réduire le recours à ces cabinets d’au moins 15% en 2022. 

Facebook accusé d’avoir bloqué du contenu gouvernemental pour contourner une loi