Le député LREM Buon Tan réinvesti aux législatives malgré « un risque d’ingérence »

Le député LREM Buon Tan sera de nouveau candidat aux élections législatives malgré des accusations sur ses relations étroites avec le Parti Communiste Chinois.

Des fonctions non déclarées en France

Le politique Buon Tan a été élu député LREM dans la neuvième circonscription de Paris aux législatives de 2017. Et dernièrement, dans un long rapport, intitulé « Buon Tan, les liaisons secrètes d’un protégé de Macron avec la Chine », Le Point a révélé que le député LREM occupe des « fonctions conférées par le PCC (Parti Communiste Chinois) sans les déclarer en France. »

Le député LREM est proche du pouvoir chinois et ce n’est un secret pour personne. Cependant, de plus lourdes accusations pèsent sur Buon Tan. En effet, le politique exécuterait un mandat au sein du comité exécutif de l’Association pour le dialogue des Chinois à l’étranger (ACDE). Le tout sans en avertir la Haute Autorité à la transparence de la vie publique (HATVP).

« Buon Tan est membre de l’organisation du département du Front uni depuis au moins 2008. Quand il a été nommé au conseil de l’Association pour l’amitié de la Chine outre-mer (COFA). Dont il est membre du conseil exécutif depuis mai 2019 » indique un rapport mené par le groupe d’experts tchèque Sinopsis.

« L’appartenance au comité exécutif de quelque organisme que ce soit doit être déclarée dans la rubrique ad hoc de la déclaration d’intérêts et d’activité », a expliqué la HATVP. « Aucune des déclarations d’intérêts et d’activité déposées par M. Buon Tan, que ce soit sa déclaration initiale ou ses trois déclarations modificatives ultérieures, ne mentionne effectivement la fonction que vous indiquez. »

À lire aussi

COVID-19 : À Beijing, une manifestation étudiante contre le confinement

À Beijing, des étudiants manifestent contre le confinement

La HATVP a donc indiqué qu’elle allait rouvrir le dossier. Et procéder aux vérifications nécessaires, notamment en interrogeant l’intéressé.

Aussi sur Mediavenir

Le député Stéphane Vojetta n’a pas l’intention de céder sa place à Manuel Valls aux législatives

Le député Stéphane Vojetta n’a pas l’intention de céder sa place à Manuel Valls aux législatives

Réinvesti aux législatives

Et dernièrement, Buon Tan s’était fait remarquer en votant contre la reconnaissance du génocide des musulmans ouïgours à l’Assemblée nationale.

« Je n’ai pas pensé un instant que je pouvais être le seul à voter contre. Le texte est inopérant, voire contre-productif, il n’aide pas la cause » avait-il déclaré. Une déclaration qui n’a pas arrangé ses affaires.

Cependant, malgré la polémique autour de l’homme politique, il a tout de même été réinvesti pour les prochaines élections législatives. Et ce malgré des risques d’ingérence signalés à Emmanuel Macron. Il affrontera donc Sandrine Rousseau, qui se présente sous la bannière de l’Union Populaire.

Emmanuel Macron réélu président, l’importance des législatives