Le député Stéphane Vojetta n’a pas l’intention de céder sa place à Manuel Valls aux législatives

Manuel Valls tente de négocier son retour à l’Assemblée en étant député français en Espagne. Mais l’actuel occupant de ce poste a également confirmé qu’il comptait se représenter. 

Une réfutation de l’investiture de Manuel Valls

« Nous sommes nombreux à être surpris par l’investiture de Manuel Valls dans la 5ème circonscription des Français de l’étranger ». Dans un communiqué, l’actuel député des Français d’Espagne Stéphane Vojetta a exprimé sa surprise. De fait, Renaissance (anciennement LREM) a publié ce jeudi 5 mai une première liste d’investitures, confirmant la candidature de Manuel Valls pour la circonscription dont Vojetta est représentant. Pourtant, le député sortant semble n’avoir nullement l’intention de céder sa place à l’ancien Premier ministre. Il a confirmé dans son communiqué maintenir sa « candidature à [sa] propre succession ». De fait, en réaction à l’idée que Manuel Valls convoiterait sa circonscription, Stéphane Vojetta avait déjà confirmé qu’il se représenterait aux législatives.

À lire aussi : L’urine humaine, un nouvel engrais prometteur ?

« J’ai la ferme intention d’être candidat à ma propre succession [et] j’attends donc en confiance la décision d’investiture » avait-t-il déclaré sur Twitter. L’éventuelle investiture de Manuel Valls avait de plus été nuancée par Gabriel Attal à l’occasion d’une conférence de presse sur le Conseil des ministres du mercredi 4 mai. Selon le porte-parole du gouvernement, il s’agissait d’une « rumeur (…) infondée ». Le Parisien rapportait une investiture de l’ex Premier ministre « très probable et très possible ». Probabilité réfutée par le parti d’Emmanuel Macron. « Aucune proposition n’a été faite à qui que ce soit dans la matière », avait insisté Gabriel Attal. 

« Je ne me place pas dans cette configuration » 

Le retour de Manuel Valls à l’Assemblée reste donc en suspens. Après avoir été député dans l’Essonne, il l’avait quittée en 2018 au profit de la mairie de Barcelone. Ancien Premier ministre sous Hollande, ralliement à Emmanuel Macron en 2017, retrait de la vie politique française en 2018… Face au papillonnement politique de son adversaire, Stéphane Vojetta se disait confiant. Dans un tweet, le député s’était déclaré « fidèle à [ses] engagements » et prônait une politique qui s’appuie sur « le collectif ». 

À lire aussi

Emmanuel Macron réélu président, l’importance des législatives

Après la présidentielle, la bataille des législatives

Aussi sur Mediavenir

Le député LREM Buon Tan réinvesti aux législatives malgré « un risque d’ingérence »

Le député LREM Buon Tan réinvesti aux législatives malgré « un risque d’ingérence »

À lire aussi : Carte d’identité, passeport : un « plan d’urgence » pour accélérer les délais

« Les instances du parti LREM me disent de ne pas m’inquiéter » avait-t-il confié au magazine Equinox. Appuyant sa position de « député sortant », « reconnu par [ses] électeurs » il se considère un « élu de qualité ». Questionné sur son éventuel soutien en cas d’investiture de Manuel Valls, il avait répondu : « je ne me place pas dans cette configuration ». C’est pourquoi, en dépit de l’annonce d’investiture de son rival, le député a déclaré maintenir sa candidature en restant un « loyal soutien » à Emmanuel Macron. « Je souhaite bonne chance (…) à tous les candidats investis aujourd’hui par ma famille politique (sauf dans notre circonscription bien sûr) », a-il conclu.

Jean-Michel Blanquer candidat aux législatives dans le Loiret