Une élection présidentielle peut-elle être annulée en cas de forte abstention ?

Est-il possible d’annuler une élection présidentielle si le taux d’abstention est trop élevé ? Voici une question que beaucoup de Français se posent à l’approche du second tour des élections présidentielles, qui opposera Emmanuel Macron à Marine Le Pen.

Ni l’un ni l’autre

Le 10 avril dernier, lors du premier tour des élections présidentielles, les Français et les Françaises ont choisi comme candidat Emmanuel Macron, qui a récolté 27,8 % des voix, soit 9 783 058 votes. Puis Marine Le Pen a pris la deuxième position avec 23,1 %, suivi de Jean-Luc Mélenchon avec 22% de voix. Le second tour qui aura lieu le 24 avril prochain affrontera donc Emmanuel Macron à Marine Le Pen. Une situation qui désespère bon nombre de Français qui ont l’impression de devoir choisir entre la peste et le choléra.

Ainsi, pour manifester leur désapprobation, beaucoup d’électeurs envisagent l’abstention ou encore le vote blanc. Pour rappel, lors du premier tour 26,31% des Français ont choisi l’abstention, ce qui représente 12,8 millions de personnes sur les 48,7 millions d’inscrits. Concernant les votes blancs, 770 000 électeurs ont glissé un vote blanc dans les urnes.

Mais l’abstention et le vote blanc constituent-ils une méthode de protestation efficace ? Face à ce taux d’abstention fortement élevé, il est légitime de se demander si une abstention massive pourrait annuler une élection ?

Ce que dit la loi

Aucun texte de loi n’indique que l’abstention aurait une incidence sur une élection. Ainsi, une élection ne peut en aucun cas être annulée, peu importe le niveau d’abstention. La Constitution ne faisant pas référence à ce phénomène. Par ailleurs, la question avait déjà été posée lors des élections municipales, en pleine pandémie de Covid 19. Des candidats, craignant une forte abstention, avaient demandé un report de scrutin, sans obtenir gain de cause. Résultats, l’abstention avait atteint un taux de 58,4%, sans conséquences.

À lire aussi

Vote en prison : près de 500 bulletins de détenus non comptabilisés

Aussi sur Mediavenir

Abstention de Jean Lassalle, le Conseil Constitutionnel saisi

Abstention de Jean Lassalle, le Conseil Constitutionnel saisi

Alors, pourrait-on rendre le vote obligatoire pour lutter contre l’abstention ? Au risque de voir augmenter les votes blancs ? Certains pays ont déjà adopté cette mesure, comme Chypre, la Grèce, le Danemark, ou encore le Luxembourg.

Reste à voir à combien s’élèvera le taux d’abstention pour ce second tour. Jean-Luc Mélenchon a indiqué très clairement à ses électeurs de ne pas voter pour Marine Le Pen. Sans pour autant inviter à voter pour le président sortant. Actuellement, les sondages prévoient la victoire d’Emmanuel Macron avec 53% des voix. Contre 47% pour Marine Le Pen.

Présidentielle : Qu’attendre du nouveau quinquennat d’Emmanuel Macron ?