Amazon va rembourser les frais de déplacement pour ses employées qui veulent avorter

L’entreprise américaine de e-commerce a annoncé le lancement d’un programme de remboursement des frais de déplacements qui s’élèvera jusqu’à 4000$ pour les soins médicaux éloignés. Cette initiative permettra notamment aux employées de contourner les restrictions sur l’avortement en vigueur dans certains États. 

Une prise de positions pro-choice

Alors que la Cour Suprême américaine semble sur le point de restreindre le droit à l’avortement, certaines entreprises privées se mobilisent. C’est le cas du leader du e-commerce, Amazon qui propose désormais une aide pour les prises en charge médicales. L’entreprise a annoncé lundi 2 mai à ses employés que pour les traitements indisponibles dans un rayon de 100 miles (160 km) elle allait proposer un remboursement allant jusqu’à 4000$. Du bureau à l’entrepôt, tous les employés américains pourront bénéficier de ce programme. Il concerne les soins et opérations qui n’engagent pas le pronostic vital. Cardiologie, thérapie cellulaire, désintox… Mais aussi avortements. 

À lire aussi : Scandale des Ehpad Orpea : la justice ouvre une enquête

En effet, depuis plusieurs mois, certains États du pays, notamment l’Oklahoma et l’Alabama ont adopté des mesures restrictives sur le droit à l’avortement. Si la Cour Suprême s’apprête à révoquer complètement la loi Roe v Wade, garantissant ce droit à l’échelle nationale, la législation diffère selon les États. Ainsi, en Oklahoma l’opération est interdite passé un délai de 6 semaines. Une période durant laquelle la plupart des femmes ne savent pas encore qu’elles sont enceintes. Ce type de législation est « plus que jamais » un risque pour la liberté et le droit des femmes selon Planned Parenthood. C’est donc pour contourner ces restrictions qu’Amazon a lancé ce programme. Comme il s’étend à tout le territoire américain, il permet de faciliter les déplacements de ses employées dans les États où l’IVG est légale. 

À lire aussi : Le niveau de la mer augmente deux fois plus vite que prévu en Nouvelle-Zélande

À lire aussi

Condamné à tort, un Américain sort de prison au bout de 30 ans

Condamné à tort, un Américain sort de prison au bout de 30 ans

Aussi sur Mediavenir

L’avortement bientôt interdit aux États-Unis ?

L’avortement bientôt interdit aux États-Unis ?

La politique d’Amazon en termes de santé du travail

Même si l’aide ne concerne pas spécifiquement l’IVG, il s’agit d’une réaction aux attaques récentes des conservateurs sur le droit à l’avortement. Plusieurs manifestations ont pris place dans le pays, à la veille d’un tournant risqué pour la loi Roe v Wade. L’initiative d’Amazon prend place dans la même ligne que Citigroup ou encore Yelp, eux aussi mobilisés un peu plus tôt. En parallèle de ce programme, le géant du e-commerce propose également de prendre en charge les opérations et traitements dit critiques. Une aide financière qui pourra s’élever jusqu’à 10 000$. 

À lire aussi : 64% des Français sont contre la retraite à 65 ans

Il est à noter que l’entreprise suscite actuellement un profond mécontentement chez ses employés. De fait, son généreux budget pour les soins médicaux semble contraster avec sa prise en charge de l’épidémie de Covid-19. L’entreprise a récemment annoncé qu’en cas de contraction de la maladie, les salariés ne bénéficieraient plus de congés payés. Désormais, seuls 5 jours d’absence non rémunérée leur seront accordés. Amazon fait également face à des poursuites judiciaires pour avoir licencié et taxé des employés en raison de leur Covid long. Mais la récente création du premier syndicat semble un premier pas pour améliorer les droits des salariés dans l’entreprise. 

Amazon va rembourser les frais de déplacement pour ses employées qui veulent avorter