L’OMS estime que la pandémie a causé une surmοrtalité 3 fois supérieure à la normale

L’OMS a estimé le nombre de dé•cès liés directement ou indirectement au COVID-19 à près de 15 millions. À savoir 3 fois plus que la moyenne sur les 10 dernières années.

15 millions de mοrts estimés par l’OMS 

Afin de jauger l’impact réel du COVID-19 sur la population mondiale, l’OMS a monté une équipe de recherche dans le but d’estimer les dé•cès liés directement ou indirectement à la pandémie. À l’issue de leur étude, qui portait de début 2020 à fin 2021, les chercheurs ont estimés que la crise sanitaire avait causé environ 14,9 millions de mοrts dans le monde. C’est trois fois supérieur à la mοrtalité recensée hors pandémie, à savoir environ 4,9 millions. Des données « peu réjouissantes » selon le directeur de l’OMS, Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus. Cette différence statistique représente le taux de surmortalité. 

À lire aussi : Dôme de chaleur : quelles températures attendre cette semaine ?

Il s’agit de « la différence entre le nombre de dé•cès survenus et le nombre de dé•cès auxquels on pourrait s’attendre en l’absence de pandémie d’après les années précédentes. » Le chiffre de l’OMS regroupe non seulement les mοrts directes, mais aussi celles dues « aux conséquences de la pandémie sur les systèmes de santé et la société ». Les chercheurs ont notamment alerté sur la saturation des établissement de santé, qui compromet la prise en charge d’autres maladies. Cela constitue une alerte de « nécessité pour tous les pays d’investir dans des systèmes de santé plus résilients » selon le directeur général de l’OMS. Il est à noter que ces données restent de l’ordre de l’estimation, les recensements n’étant pas répertoriés de façon égales selon les régions. 

À lire aussi : Une vingtaine de candidats non réinvestis par LREM

À lire aussi

Les armes sont la principale cause de décès chez les jeunes Américains

Les armes sont la principale cause de décès chez les jeunes Américains

Aussi sur Mediavenir

COVID-19 : À Beijing, une manifestation étudiante contre le confinement

À Beijing, des étudiants manifestent contre le confinement

Des disparités dans le recensement des données  

L’épidémiologiste Lone Simonsen explique que des estimations de l’impact de la pandémie était à nuancer. « Les nombres de cas et de dé•cès rapportés peuvent être fortement affectés par la capacité [des pays] à tester et à leur politique de recensement. » a-t-elle écrit dans un article. Rien qu’au niveau des dé•cès attribués directement au COVID-19, l’OMS rappelle qu’en décembre 2020, les rapports officiels annonçaient 1 813 188 mοrts. Or une étude rétrospective a estimé que ce chiffre atteignait en réalité « au moins 3 millions ». 

À lire aussi : Un rapport sénatorial préconise d’expérimenter la reconnaissance faciale, une technologie controversée

Ce décalage est donc lié à des disparités de recensement au sein des corps médicaux. Selon l’OMS, les dé•cès sont intégralement recensés à 98% dans la majorité des pays d’Europe. Mais ces statistiques peuvent chuter jusqu’à 10% dans certaines régions d’Afrique. La directrice régionale de l’OMS Afrique, Dre Matshidiso Moeti, a déploré ce phénomène. « Les cas confirmés de COVID-19 actuellement notifiés ne représentent qu’une fraction du nombre réel d’infections sur le continent ». La dernière étude a de fait révélé que le nombre de personnes infectées en Afrique était 97% plus élevé que le nombre de cas recensés. Moeti a toutefois rappelé que « cette sous-estimation se produit dans le monde entier ». 

COVID-19 : 15 millions de morts liés à la pandémie selon l'OMS