Arrestation exceptionnelle d’un espion russe par la DGSI

Dimanche 10 avril, jour d’élection en France la DGSI a mené une opération de contre-espionnage pour arrêter un faux diplomate russe.

« Un scénario extrêmement rare »

Le matin de l’élection en France, la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) a lancé une opération de contre-espionnage dans un village de province française. Documenté par Marianne il s’agissait d’arrêter un espion russe « en flagrant dé.lit ». Selon le média, il s’agit d’une occurrence « extrêmement rare dans l’histoire du contre-espionnage ». Les agents de la DGSI ont arrêté l’homme alors qu’il s’apprêtait à transmettre de l’argent à un Français contre des informations. Ce type d’opération n’est pas fréquent car compliqué, selon le témoignage d’un ancien espion pour Marianne. « Le type peut mettre cinq heures en changeant plusieurs fois de transports (…) À tout moment il peut s’échapper » a-t-il expliqué au média. 

À lire aussi : « Verbalisée (…) parce que je faisais mon métier de journaliste »

Comme fréquemment, l’espion résidait en France avec le titre de diplomate. Repéré en 2020 comme appartenant à un service de renseignement russe, il avait été placé sous surveillance. Les renseignements français avaient détecté une prise de contact avec une source française qu’il tentait de recruter. Le projet d’arrestation se serait étendu sur 18 mois comme l’a expliqué le ministère des Affaires Étrangères dans un communiqué. 

À lire aussi

Elon Musk craint de mourir « dans de mystérieuses circonstances »

Menacé par les Russes, Elon Musk craint pour sa vie

À lire aussi : SMS d’Éric Zemmour : le Parquet de Paris ouvre une enquête

Aussi sur Mediavenir

Une vidéo montre des soldats ukrainiens tu.ant des prisonniers de guer.re russes

Une vidéo montre des soldats ukrainiens avec des prisonniers russes

« Une très longue enquête »

« À la suite d’une très longue enquête, la (DGSI) a mis au jour le dimanche 10 avril une opération clandestine conduite par les services de renseignement russes sur notre territoire ». De fait, dans le cadre de cette opération, les renseignements n’ont laissé aucun détail au hasard. Selon les informations de Marianne, le village avait été placé « sous très, très haute surveillance ». Caméras, enregistrements… Un dispositif minutieux qui a réussi à garantir le succès de l’opération. 

À lire aussi : Presque la moitié des Français seraient favorables aux sanctions sur le non-partage

En plus de cette opération, la DGSI a pu détecter cinq autres agents de renseignement russe. Sur Twitter, Gérald Darmanin a félicité la DGSI pour leur opération « remarquable ». Le ministre de l’Intérieur a ajouté que leurs actions « dans l’ombre » permettent de veiller sur « nos intérêts fondamentaux ». Les six agents de Moscou ont par la suite été invités à quitter la France dans les 3 jours. À cela s’ajoute l’expulsion de 35 diplomates russes par le Ministère des Affaires étrangères. Au regard de la situation en Ukraine, une grande partie des pays européens ont invité des membres du corps diplomatique de Poutine à retourner en Russie.

Un soldat russe jugé pour crime de guerre : « Il m’a dit d’un ton ferme de tirer »