Le marché des bunkers en nette expansion avec la guerre en Ukraine

La guerre en Ukraine a fait naître des craintes qui poussent certains Français à se tourner vers les bunkers, encore très rares en France.

La France pauvre en bunkers

La France est très peu équipée en bunkers. Selon le fabriquant Artémis Protection, il en existe seulement 1 000, dont 600 militaires et 400 privés. Un taux de protection quasi inexistant, contrairement à d’autres pays voisins.

En effet, la Suisse possède un taux de protection de 100% de la population. Et pour cause, pendant longtemps le pays imposait la construction systématique d’un abri antiatomique par logement construit. D’autres pays comme la Finlande, la Norvège et la Suède possèdent également beaucoup d’abris.

« Nous sommes le deuxième pays qui compte le plus de réacteurs nucléaires derrière les États-Unis. Et paradoxalement nous sommes le pays qui prépare le moins sa population à un incident majeur » explique Mathieu Séranne, le directeur d’Artémis Protection.

Jusqu’ici, seules des clients comme la Direction générale de l’Armement, Airbus ou encore Engie, passaient des commandes de bunkers. Mais depuis que la guerre a éclaté en Ukraine, des particuliers se mettent à passer des commandes. Il faut dire qu’avec les déclarations de Vladimir Poutine, le risque d’une guerre nucléaire est au cœur des préoccupations de nombreuses personnes.

À lire aussi

Elon Musk craint de mourir « dans de mystérieuses circonstances »

Menacé par les Russes, Elon Musk craint pour sa vie

Aussi sur Mediavenir

La Russie simule des tirs de missiles à capacité nucléaire

La Russie simule des tirs de missiles à capacité nucléaire

Combien coûte un bunker ?

Les prix des bunkers varient en fonction de la taille et des équipements intégrés. Par exemple, la société Amesis propose un modèle de base de 14 mètres carrés. Équipé d’un système d’aération, de lits superposés, et de toilettes à sec, l’abri coûte 79 000 euros. Mais le prix s’envole à 280 000 euros pour un abri de 26 mètres carrés, comprenant l’eau potable et un groupe électrogène. Les clients peuvent demander n’importe quel autre aménagement, moyennant un coût beaucoup plus élevé.

« En termes d’aménagement, on nous demande parfois des écrans sur les murs pour diffuser des images d’extérieur. Forêt, bord de mer… L’idée, c’est de faire comme si’l s’agissait de fenêtres. On peut aussi mettre des écrans au plafond pour simuler le ciel. On peut vraiment tout faire. »

La société a indiqué avoir reçu une quinzaine de commandes en quatre jours après l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Cependant, c’est mission impossible pour connaître le profil des nouveaux propriétaires. En effet, la localisation des bunkers doit rester secrète. Les propriétaires craignant que les voisins se ruent dessus en cas de problème majeur.

Tchernobyl : l'AIEA avertit d’une situation « très très dangereuse »