Presque la moitié des Français seraient favorables aux sanctions sur le non-partage

Un sondage mené par l’Ifop  a estimé que 47% des Français, dont une femme sur deux, seraient favorables à l’instauration d’un dé.lit de non-partage des tâches ménagères. 

Une solutions aux inégalités domestiques ? 

Une femme sur deux serait favorable à l’instauration d’un « dé.lit de non-partage des tâches domestiques ». C’est le chiffre qu’à révélé un sondage de l’Ifop pour Consolab à propos de la récente proposition de Sandrine Rousseau. Dans une interview pour Madmoizelle, l’écologiste a évoqué les inégalités dans les foyers. Elle a rappelé que les femmes effectuaient en moyenne 8h de plus de tâches domestiques par semaine que les hommes. Elle a donc proposé une solution politique à ce problème.

Des statistiques élevées malgré l’aspect clivant de la proposition

Le sondage a révélé que 22% de femmes avaient déjà envisagé de quitter leur conjoint en raison de ces inégalités. Lorsque l’éventualité d’instaurer ce dé.lit leur a été soumise, 47% des Français s’y sont dit favorables. Les femmes de moins de 30 représentent le groupe le plus enthousiaste, avec 61% pour, contre seulement 39% pour les femmes de plus de 65 ans. Du côté des hommes, 44% approuvent la proposition de Sandrine Rousseau. 

Aussi sur Mediavenir

Partygate : des sanctions historiques pour Boris Johnson

Partygate : des sanctions historiques pour Boris Johnson

Même s’il s’agit simplement d’une idée de l’écologiste, ces inégalités domestiques sont pour elle d’une question centrale. « Si on ne donne pas les moyens aux femmes de véritablement obtenir l’égalité sur le partage, il n’y en aura pas » avait-elle déclaré.