Quelle météo vous attend cette semaine ?

Météo : cette semaine, des températures étonnamment élevées sont attendues sur l’ensemble du pays. Un épisode de chaleur peu fréquent durant cette saison.

Des températures élevées dans toute la France

Les Saints de glace ont lieu du 11 au 13 mai, soit la Saint Mamert, le 11 mai, la Saint Pancrace, le 12 mai, et la Saint Servais, le 13 mai. Depuis le Moyen-Âge, une croyance populaire indique un fort risque de froid et de gel à cette période de l’année. Mais cette année, un épisode de chaleur est attendu pour cette période. Un temps sec et chaud dû à la « poussée de l’anticyclone des Açores », d’après Patrick Galois, prévisionniste à Météo France.

Voici les prévisions de Patrick Galois :

« Une première poussée d’air chaud est attendue lundi, mardi et mercredi. Le mercure devrait atteindre 28°C à Paris, soit huit degrés au-dessus des normales saisonnières, et des pointes à 30°C dans le Sud, voire dans le centre du pays. »

« Jeudi et vendredi, l’air sera un peu moins chaud, avec un petit apport d’air maritime lié à un vent d’ouest, qui va faire baisser les températures au nord de la Loire. Cela pourra se traduire par quelques averses orageuses. Cette petite dégradation sera de courte durée puisqu’on retrouvera des conditions anticycloniques le week-end prochain sur l’ensemble de la France. »

À lire aussi

La France a déjà épuisé toutes ses ressources planétaires pour l’année

La France a déjà épuisé toutes ses ressources planétaires pour l’année

Aussi sur Mediavenir

Dôme de chaleur : quelles températures attendre cette semaine ?

Dôme de chaleur : quelles températures attendre cette semaine ?

Une météo en lien avec le réchauffement climatique ?

Un épisode de chaleur qui devrait ravir les Français. Cependant, ces conditions météorologiques exceptionnelles risquent de provoquer des sécheresses. En effet, il a très peu plu l’hiver dernier. Les nappes phréatiques ne sont donc pas suffisamment rechargées. « À la prochaine vague de chaleur ou à la prochaine canicule, on va se retrouver directement confronté à des formes de sécheresse éclair », a indiqué Emma Haziza, hydrologue.

Si ces températures sont rares pour la saison, elles ne sont pas non plus exceptionnelles. En effet, à Paris, pour cette période, le record de température a eu lieu en 1944 avec 35°C. Il ne s’agit pas non plus de vague de chaleur, puisque la température redescend la nuit. Ce qui n’est pas le cas lors d’une canicule, où la température stagne autour de 20°C.

Cependant, « les jours de chaleur sont plus fréquents tout au long de l’année et les mois de mai sont en moyenne plus chauds qu’il y a cinquante ans » précise Patrick Galois. Ce qui pourrait être une conséquence directe du réchauffement climatique. « Même si une forte variabilité peut masquer cette tendance à long terme. » conclut Patrick Galois.

15 fois plus de vols de vélos en France comparé à la Suisse