Alerte sur le désamour des jeunes pour la profession d’infirmière, une étude de l’OCDE fait le point

Par Louise Caron

La récente étude de l’OCDE révèle un désintérêt croissant des jeunes pour la profession sanitaire, notamment celle d’infirmier. Les conditions difficiles de travail exacerbées par la crise sanitaire ont contribué à cette perception négative.

Malgré un besoin accru de soignants, l’attrait pour cette carrière diminue, posant des défis significatifs pour le secteur de la santé.

Impact de la pandémie sur la perception de la profession

Lorsque la crise sanitaire a frappé, exposant les failles des systèmes de santé mondiaux, la profession d’infirmier a été mise à rude épreuve. Le manque de soignants pendant la crise sanitaire a souligné la nécessité de renforcer les effectifs. Cela étant dit, cette situation a aussi eu un impact négatif sur la perception de la carrière infirmière, accentuant la visibilité des conditions difficiles et de l’épuisement professionnel.

De nombreux jeunes ont vu directement les conséquences de la pression extrême subie par les professionnels durant cette période, ce qui a renforcé leur perception négative du métier. La pandémie a démontré que, malgré l’importance vitale de ce secteur, les conditions actuelles ne sont pas toujours à la hauteur des défis rencontrés.

La pandémie a mis en lumière les défis énormes auxquels les soignants sont confrontés, influençant négativement l'attraction pour cette profession indispensable.

Stratégies pour revitaliser l’intérêt dans les études infirmières

Pour contrer le désintérêt pour la carrière d’infirmier, des mesures sont prises pour augmenter le nombre de places dans les formations en santé. L’objectif est de rendre les études d’infirmierplus attractives et accessibles. Une rémunération compétitive et des conditions de travail améliorées sont nécessaires pour attirer une nouvelle génération de soignants.

Lire aussi :  915 opportunités d'emploi sans CV : participez à la session nationale le 6 février

Il est aussi vital de s’attaquer aux stéréotypes de genre qui persistent, car ils dissuadent de nombreux hommes de rejoindre cette profession majoritairement féminine. En améliorant l’orientation professionnelle et en promouvant une image positive et réaliste du métier, il est possible d’élargir le bassin de candidats. De même, un recrutement éthique à l’international peut aider à pallier les déficits sans nuire aux systèmes de santé des pays d’origine.

Notre site est un média approuvé par Google Actualité.

Ajoutez Mediavenir dans votre liste de favoris pour ne manquer aucune news !

nous rejoindre en un clic
google news follow

Rejoignez la communauté

21 réflexions au sujet de “Alerte sur le désamour des jeunes pour la profession d’infirmière, une étude de l’OCDE fait le point”

  1. C’est trop facile de dire que les jeunes ne veulent plus être infirmiers à cause de la crise. La vérité, c’est que les salaires ne sont pas suffisants pour le stress du job !

    Répondre
  2. Je ne suis pas d’accord, c’est pas seulement une question de salaire. Il faut aussi améliorer les conditions de travail, et ça l’article ne le souligne pas assez.

    Répondre
  3. Attendez, vous nous dites qu’il faut améliorer les salaires et les conditions de travail pour attirer des gens ? Quelle révélation, chapeau l’OCDE pour cette analyse de génie !

    Répondre
  4. Et que dire des conditions d’étude dans les IFSI qui prennent un malin plaisir à stresser les étudiants infirmiers, Les IFSI sont maltraitant ! Les conditions d’étude et de discipline date d’un autre siècle dans certains établissements….et que dire de l’accueil que reçoive les élèves dans les services !…. Il faudrait que les ministère de la santé se penche sur ce gros problème.

    Répondre
  5. On parle toujours de manque d’infirmiers mais jamais des vrais problèmes. C’est le manque de reconnaissance et le surmenage qui découragent, pas la profession en elle-même !

    Répondre
  6. Oh, comme c’est surprenant, moins de gens veulent devenir infirmiers après avoir vu le chaos pendant la pandémie! Qui aurait pu prévoir ça, hein ?

    Répondre
  7. J’adore comment l’article souligne l’épuisement professionnel comme si c’était une découverte récente. Bienvenue en 2023, on vient de réaliser que les infirmiers sont fatigués !

    Répondre
  8. Et la palme de l’évidence est attribuée à l’idée de s’attaquer aux stéréotypes de genres. Incroyable, notre système de santé vient de découvrir l’égalité homme-femme.

    Répondre
  9. Comment peut-on espérer attirer des jeunes si on ne règle pas le problème du respect de ces professionnels ? Il y a un vrai problème de société ici.

    Répondre
  10. Incroyable comment ils ont résolu l’énigme ! Des cours attrayants et un salaire correct pour un job épuisant, qui l’eût cru ?

    Répondre
  11. Cet article parle d’élargir le bassin de candidats, mais qu’est-ce qu’on fait pour garder les infirmiers actuels qui sont à deux doigts de l’épuisement ?

    Répondre
  12. Si on continue comme ça, on va se retrouver avec une pénurie de soignants. Il faut prendre des mesures maintenant!

    Répondre
  13. Le problème n’est pas nouveau, mais la pandémie l’a juste rendu plus visible. Maintenant, il faut agir vite !

    Répondre
Laisser un commentaire