Réchauffement climatique : 1 chance sur 2 de dépasser le seuil de +1,5 °C

Nouveau rapport sur le réchauffement climatique publié par l’Organisation météorologique mondiale (OMM). Il y a désormais une chance sur deux de dépasser temporairement le seuil de +1,5°C dans les cinq prochaines années.

 Une chance sur deux

Adopté en 2015, l’accord de Paris vise à limiter le réchauffement climatique, en contenant l’augmentation de la température mondiale. L’objectif étant de ne pas dépasser les +2°C par rapport aux niveaux préindustriels. En limitant si possible la température à +1,5°C. Et le lundi 9 mai, l’ONU a annoncé qu’il y avait un risque estimé à 50% de dépasser temporairement ce seuil. Et ce durant les cinq prochaines années.

 « Cette étude montre, avec une grande fiabilité scientifique, que nous nous rapprochons sensiblement du moment où nous atteindrons temporairement la limite inférieure de l’Accord de Paris. Le chiffre de 1,5°C n’est pas une statistique choisie au hasard. Il indique le point à partir duquel les effets du climat seront de plus en plus néfastes pour les populations. Et pour la planète entière. », a expliqué Petteri Taalas, le Secrétaire général de l’OMM.

« Tant que nous continuerons à émettre des gaz à effet de serre, les températures continueront à augmenter. Parallèlement, nos océans continueront à se réchauffer. Et à s’acidifier, la glace de mer et les glaciers continueront à fondre. Le niveau de la mer continuera à s’élever et les conditions météorologiques extrêmes continueront à s’intensifier. Le réchauffement de l’Arctique est particulièrement marqué et les conditions qui prévalent dans cette région ont des répercussions sur la planète entière. »

Les prévisions de l’OMM

L’OMM précise toutefois qu’il n’y a que 10% de probabilité que la moyenne quinquennale (2022-2026) dépasse le seuil de 1,5°C. Autrement dit, le dépassement aurait lieu sur une année seulement et pas en continu sur cinq ans. L’étude indique qu’il y a 93% de chance qu’au moins une année comprise entre 2022 et 2026 devienne la plus chaude jamais enregistrée.

À lire aussi

La France a déjà épuisé toutes ses ressources planétaires pour l’année

La France a déjà épuisé toutes ses ressources planétaires pour l’année

Aussi sur Mediavenir

Nouvelle-Zélande : le niveau de la mer augmente deux fois plus vite que prévu

Le niveau de la mer augmente deux fois plus vite que prévu en Nouvelle-Zélande

Pour rappel, c’est actuellement l’année 2016 qui détient ce record. Notamment en raison de l’épisode océanique El Niño qui avait entrainé une hausse des températures. Enfin, la même probabilité s’observe pour que la moyenne de la température pour la période 2022-2026 soit supérieure à celle des cinq dernières années (2017-2021).

L’étude indique que comparée à la moyenne de la période comprise entre 1991 et 2020, l’anomalie de température dans l’Arctique devrait être trois fois supérieure à l’anomalie moyenne mondiale.

La version finale de l’étude sera rendue publique le 18 mai prochain.

L’urine humaine, un nouvel engrais prometteur ?