Où en est l’affaire McKinsey ?

Publié un mois avant les élections présidentielles, un rapport du Sénat sur l’influence des cabinets de conseil dans l’appareil d’État a fait grande polémique.

Une polémique qui date

Dans un épais rapport, le Sénat a mis en évidence les nombreuses missions confiées au cabinet américain McKinsey. Une polémique déjà présente depuis janvier 2021, lorsque les Français ont découvert que le président avait fait appel au cabinet pour la gestion de la crise liée au Covid-19. En effet, pendant la pandémie, le cabinet a donné ses recommandations concernant la vaccination, le passe sanitaire, les tests de dépistage ou encore la reprise des transports en commun. Des missions qui auraient couté environ 13 millions d’euros.

Emmanuel Macron a donc été accusé publiquement de dépenser l’argent public en faisant du « copinage ». En effet, le président serait trop proche de McKinsey qu’il favoriserait. De nombreux anciens employés du cabinet ont même été recrutés par le président après son élection en 2017. Cependant, Emmanuel Macron n’est pas le seul président à avoir eu recours aux services du cabinet de conseil. En effet, Nicolas Sarkozy et François Hollande ont également fait travailler McKinsey durant leurs mandats.

Par ailleurs, le gouvernement est soumis à la règle d’appels d’offres. Avant de confier un budget à un organisme indépendant, le gouvernement doit d’abord publier un cahier des charges. Ensuite, les cabinets déposent leurs candidatures, et le marché est attribué à la meilleure proposition.

Mais il existe quelques subterfuges pour ne pas passer par l’appel d’offres. Notamment les accords-cadres ou le droit de suite. Cela permet au gouvernement de reconduire une mission sans passer par un appel d’offres, sous prétexte d’urgence de la situation. McKinsey a également travaillé bénévolement pour le président, pour le projet Tech for Good.

À lire aussi

Un troisième mandat possible pour Emmanuel Macron ?

Un troisième mandat possible pour Emmanuel Macron ?

Aussi sur Mediavenir

Emmanuel Macron réélu président, l’importance des législatives

Après la présidentielle, la bataille des législatives

Les missions confiées à McKinsey

Au total, le cabinet aurait réalisé plus d’une quarantaine de missions pour le gouvernement. Pour un total allant de 28 millions à 50 millions d’euros selon les estimations. En plus de la pandémie, le cabinet a œuvré pour la réforme des retraites, les APL, le bonus-malus de l’assurance chômage, les aides d’adaptation des logements au vieillissement ou encore les pensions alimentaires.

Mais le rapport du Sénat indique que McKinsey est loin d’être le cabinet le plus sollicité par l’État. En effet, les cabinets Capgemini et Eurogroup représentent respectivement 5% et 10% des dépenses de conseil de l’État.

Enfin, concernant la question de la fraude fiscale, le Sénat rapporte que le cabinet n’a payé aucun impôt en France sur les sociétés entre 2011 et 2020. Bruno Le Maire, le ministre des Finances a alors promis que le fisc mènerait l’enquête.