Université de Nantes : l’appel à « faire barrage à l’extrême-droite » de la présidente

Dans un mail adressé à tous les élèves de l’Université de Nantes, la présidente a appelé à voter contre Marine Le Pen. Une prise de position controversée. 

Un e-mail controversé

« Je vous adresse ce message inhabituel mais indispensable […] ». Mercredi 13 avril, la présidente de l’Université de Nantes, Carine Bernault a appelé les élèves à « faire barrage à l’extrême-droite ». Les 37 000 étudiants ont reçu un e-mail de la professeur des universités en droit privé, les encourageant à voter. Il indique le caractère indispensable de « faire barrage à l’extrême-droite et donc au Rassemblement National. » Cette initiative a eu pour effet de largement étonner les élèves. Interrogés par Ouest France, certains qualifient le comportement de la présidente de « très limite ». 

À lire aussi : SMS d’Éric Zemmour : le Parquet de Paris ouvre une enquête

Parmi eux, un étudiant en école d’ingénieur s’est dit « très surpris ». « L’université est un organisme d’État et n’a pas à avoir une influence sur notre vote » a-t-il déclaré. En effet, une telle prise de position sort du cadre imposé par la fonction de la présidente. Comme le rappelle l’article 7 du règlement intérieur de l’université, les personnels sont « tenus au devoir de réserve et au respect des principes […] de neutralité politique ». 

À lire aussi

Remaniement : quels sont les nouveaux noms du gouvernement ?

Qui compose le premier gouvernement Borne ?

Aussi sur Mediavenir

Énergie : la Commission de régulation appelle à réduire la consommation

Énergie : la Commission de régulation appelle à réduire la consommation

À lire aussi : Le petit aller-retour en jet de Jean Castex suscite l’indignation

Des prises de positions variées 

Pourtant, au niveau des autres universitaires, le positionnement est assez nuancé. Une collègue de Carine Bernault ayant accepté de se confier anonymement au Figaro avoue ne « pas [être] étonnée ». « Connaissant les valeurs de partage et de bienveillance de la présidente […] cela lui correspond bien » a-t-elle déclaré. De fait, la présidente de l’université de Nantes défend dans son mail  « un universalisme fondé sur le respect des différences ». De leur côté, David André Camous (Science Po Lyon) et Serge Slama (Université Grenoble Alpes) ont qualifié l’initiative « d’ambiguïté » plus que de « faute ». Les experts en droit public revendiquaient en effet pour le Figaro l’importante liberté d’expression des universitaires.

Les réactions se sont étendues jusque dans la sphère des politiques. Sur Twitter, le président de « génération Z » Stanislas Rigault a notamment dénoncé la « mis[e] de côté » des « électeurs RN » de l’université de Nantes. Qualifiant l’e-mail d’« affligeant », le porte-parole de Reconquête a également critiqué un manque de « respect des opinions des étudiants ». Toutefois, l’initiative de Carine Bernault n’est en réalité pas un cas isolé. Le 12 avril, un communiqué de France Universités avait également appelé à « voter contre l’extrême-droite ». Ces occurrences montrent une grande mobilisation des universitaires contre Marine Le Pen. Qualifiée à 23,15% au premier tour, la candidate s’élève actuellement à 43% d’intention de vote. 

Élisabeth Borne favorable à un abaissement des vitesses sur l'autoroute